Yves Miséricordia :
Peintre, sculpteur, graveur, poète

Après un parcours dans la couleur, le noir s’est imposé jusqu’à illuminer le plus grand espace de mes tableaux…

Yves MisericordiaAprès un parcours dans la couleur, le noir s’est imposé jusqu’à illuminer le plus grand espace de mes tableaux.

Plus je fonce, plus je m’enfonce, je me pénètre je me creuse.
Creuset alchimique. S’opère alors le développement des différentes phases principales de l’œuvre : Noir, Blanc, Rouge, pour inventer le caché.

Il y a eu d’abord l’empreinte, la trace puis le cri et l’écrit  pour partager. Il y a eu ensuite  le besoin de défaire et de refaire, de retrouver pour comprendre… un trait nu, couture de vide comme un seuil de lumière qui invite au passage silencieux.

Visiter, c’est aller voir au plus profond, trouver le lieu, le vide où tout se crée. La rencontre de soi, de l’autre. Rencontre alchimique, l’Or attend son nom depuis la moelle des mots.

L’abstraction est un retrait qui laisse à l’œuvre sa propre existence, et laisse cette œuvre exister au regard de l’autre qui portera une lumière à sa dimension intérieure, lui permettant de prendre conscience de la mesure nécessaire pour faire exister la vision de son monde, de sa réalité.
La résonance de l’œuvre pourra constituer, l’écho de cette propre réalité.

Le livre et la poésie sont un glissement vers le sensible des mots comme le « Feu noir » sur le « Feu blanc » éclairant une autre dimension de l’Être.

Yves Miséricordia

Yves Miséricordia
par Robert Sanyas, artiste peintre

L’œuvre singulière, solitaire et secrète de Yves MISERICORDIA, marquée par la répétition d’un thème quasi unique, le noir et l’extrême économie de moyens, le rapproche d’autres œuvres, fraternelles , malgré le temps semblablement  marquées du souci d’interroger la présence avant la célébration de ses richesses. Mais autre chose se fait aussi de nos jours dans l’œuvre de Yves MISERICORDIA, qui la distingue du pessimisme existentiel ; un autre sentiment plus assuré peut-être, c’est une conscience nouvelle, mieux adaptée à la durée, la survie, une condition de spore qui lui permet de vivre.

Yves MISERICORDIA est de cette race d’artiste qui attend de la peinture qu’elle renouvelle le regard que nous portons sur le monde.

R.Sanyas
Toulon avril 2008


 

L’inspiration d’Yves Miséricordia est infuse et spontanée. En situation de vacuité, de méditation et d’anoblissement, par une fouille éthérée de son imaginaire, ses traits de pinceaux s’expriment par la pureté, la simplicité, le beau, l’essentiel. Il épluche les couches superficielles de son identité pour parvenir à une innocente liberté qu’il nous offre à cœur ouvert. Ses mains se laissent guider par la providence, il ne s’inflige rien. La transformation du rien vers le tout s’accomplit miraculeusement et son être s’emplit du meilleur.

Pas de cadre pour ses tableaux, pas de titre, il n’impose rien au regard que l’on porte sur son œuvre. Offrir à l’autre la liberté du discernement est le moyen le plus sûr de donner, de partager et d’aimer.

Mylène NICOLAS
Journaliste

%d blogueurs aiment cette page :